L'agriculture, la culture et le rose à l'honneur à RDP-PAT

Publié le 29 juin 2022 à 16 h 01
Mis à jour le 30 juin 2022 à 15 h 57

Artistes et jardiniers ont assisté à une belle page d’histoire, le 22 juin dernier, au jardin communautaire des Belles-Roses, lors d’un événement liant le passé et le présent sur la thématique du rose.

Petite histoire de roses

Le programme des jardins communautaires de la Ville de Montréal existe depuis près de 50 ans. Au début des années 1980, la Ville de Montréal a accepté de prêter le terrain situé au coin du boulevard Gouin et de la 89e Avenue à un groupe de citoyens qui souhaitaient l’utiliser pour y cultiver des légumes. Cet espace communautaire a su conserver sa vocation première grâce à l’implication des jardiniers. Encore aujourd’hui, les noms de Pauline Bellerose, instigatrice du projet, ainsi que de MM. Oscar Andrade et Kamel Touhouche, toujours membres du jardin, continuent de résonner dans le quartier.

Le site fait partie des six jardins communautaires sur le territoire de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles et compte maintenant 28 parcelles au sol et deux jardins surélevés, une zone libre d’agriculture urbaine à l’entrée, des arbres fruitiers et surtout une communauté active, dédiée à l’agriculture urbaine, solidaire et responsable.

L’agriculture urbaine, c’est aussi une manière pour les municipalités et les populations d’aujourd’hui de se réapproprier l’espace urbain pour pouvoir mieux se nourrir et développer des habitudes de consommation et des moyens de production durables. Depuis plusieurs années, RDP-PAT pose des actions concrètes pour valoriser nos espaces verts et rendre les milieux de vie agréables et attrayants pour ses citoyens. Ce jardin en est un exemple. À RDP-PAT, nous aimerions tant que d’avantage de jardins fleuris et d’espaces végétaux comme ceux-ci puissent être développés sur le territoire, afin que cet esprit de partage soit accessible à l’ensemble de la population.

Nouvelle toponymie

Le jardin communautaire des Deux Sapins a conservé ce nom pendant plusieurs années, en raison des deux conifères qui occupaient le fond du terrain. Ces arbres n’y sont plus depuis une quinzaine d’années après un réaménagement complet du jardin. Pour redonner un nom significatif à ce site, la présidente actuelle du jardin, Mme Madeleine Bourgeois, s’est chargée de la demande de changement de toponymie. 

Depuis 2021, le jardin communautaire des Belles-Roses évoque fièrement le nom de sa fondatrice, madame Pauline Bellerose, présente lors de l’événement. Touchée par cette reconnaissance, elle se rappelle très bien cette époque où l’entraide était au rendez-vous pour que ce site devienne un projet collectif. Elle s’est dite heureuse qu’il ait pu perdurer dans le temps, malgré la présence grandissante des projets domiciliaires dans les environs. 

Des rosiers ornent maintenant l’entrée du site, fleurs aussi belles qu’utiles pour attirer les pollinisateurs si précieux pour les récoltes.

Pourquoi changer le nom de ce jardin communautaire ? Une seule raison le justifie vraiment… Se souvenir. Faire acte de mémoire. Se rappeler de nos pionniers. Des fondateurs. De ce patrimoine humain. C’est un geste de mémoire qui restera imprimé dans l’histoire de ce jardin et de notre arrondissement.

Rose - Exposition

Avec la collaboration de la Vitrine créative, un organisme de promotion de la photographie et de sa diffusion, l’arrondissement a lancé un concours de photographies sur la thématique du rose, au printemps dernier.  Les créations  des récipiendaires Christiane Cadieux, Nadia D’Alfonso, Johanne Gosselin et Stéphane Trépanier habillent la clôture ceinturant le jardin. Lieu propice pour la diffusion de ces oeuvres photographiques, le jardin communautaire des Belles-Roses sera l’hôte de l’exposition Rose jusqu’en mai 2023.

Recherche rapide