Reconnaissance d’ambassadrices et d’ambassadeurs de la biodiversité de Verdun

Publié le 8 décembre 2022 à 13 h 04
Mis à jour le 8 décembre 2022 à 13 h 23

Lors du conseil d’arrondissement du 6 décembre, l’arrondissement de Verdun a reconnu l’apport d’ambassadrices et d’ambassadeurs de la biodiversité de Verdun.

Dans le cadre de la COP15, une douzaine de Verdunoises et de Verdunois engagés dans la protection de la biodiversité ont été invités à signer le Livre d’or de l’Arrondissement. Voici la liste des personnes dont la contribution a été saluée :

Jean-François Caron a travaillé de nombreuses années à L’Ancre des Jeunes. Tout en y enseignant le français, il a mis en place de nombreuses actions pour rapprocher les jeunes de la nature : instauration du compostage, contribution au projet de ruelle verte, verdissement de murs avec des plantes grimpantes, et mise sur pied d’un atelier d’agriculture urbaine et d’écocitoyenneté. Le tout dans le but de rapprocher les jeunes de la nature. À titre de résident engagé, il a également contribué à l’adoption de la gestion différenciée à Verdun.

Carole Daoust est une passionnée de photo et d’écriture, et elle utilise ces deux médiums pour capter la beauté de la nature et pour mettre de l’avant la biodiversité. Citoyenne engagée, elle s’implique dans de nombreux projets à Verdun. Mme Daoust et Jean-Marc Lacoste animent activement le groupe Pour la biodiversité à Verdun afin de promouvoir la biodiversité.

Stéphane Dietrich participe à des actions en faveur des milieux naturels de L’Île-des-Soeurs, notamment le grillage et la plantation d’arbres dans le boisé du Domaine Saint-Paul et le long des berges.

Jean-Marc Lacoste est un grand adepte d’ornithologie. Il observe la faune ailée dans les environs de Verdun et partage ses observations et ses connaissances. Il anime également des conférences dans des écoles primaires et des camps de jour pour faire découvrir la nature urbaine aux enfants. 

Monique Lapalme est une jardinière de coeur qui s’occupe de sa ruelle verte depuis sa création en 2011. Elle a longtemps pris soin d’une dizaine de carrés d’arbres sur sa rue et a contribué à la biodiversité des berges en y semant des graines de plantes indigènes.

Nadine Michelle Lessard est une citoyenne dévouée au sein de l’Escouade verte de Verdun depuis les débuts de cette initiative citoyenne en 2016. Chaque saison estivale, elle mobilise des citoyennes et des citoyens pour verdir des espaces de son quartier. Son dévouement et son engagement ont permis de verdir des centaines de mètres carrés à différents endroits le long de la rue Wellington. Marc Burrows, complice de Nadine Michelle Lessard, a notamment contribué par la fabrication d’hôtels à insectes ainsi que toutes autres tâches au service de la nature.

Daniel Mercier pratique l’ornithologie et l’observation des plantes sauvages depuis bientôt 30 ans. Il est l’un des porteurs du projet du Jardin de biodiversité de la Maison Nivard-De Saint-Dizier. Il a sensibilisé de nombreuses personnes à l’importance des zones de naturalisation et du contact avec la nature en milieu urbain, en plus d’avoir participé à la sauvegarde des papillons monarques en plantant des asclépiades.

Jency Mercier est membre du conseil d’administration du Grand Potager. Elle est également membre de ce collectif à titre d’apicultrice avec son rucher Reine Noire. Elle désire partager les bienfaits des abeilles en ville et développer des connaissances pour prendre soin de cet allié de la biodiversité dans un contexte urbain.

Ginette Petit et Louise Poulin sont les deux instigatrices derrière Demain L’Île-des-Soeurs, un projet collectif d’agriculture urbaine dans des espaces publics qu’elles ont fondé en 2016. Ce projet rassemble des citoyennes et des citoyens et favorise les échanges entre les générations, la vie communautaire et l’autonomie alimentaire. 

Thérèse Romer est une passionnée de la flore sauvage québécoise. Elle a d’ailleurs écrit quelques livrets sur le sujet. On la surnomme affectueusement « la Dame au pré fleuri ». Résidente des Brises de Fleuve, Madame Romer a adopté en 2008 un espace de 50 mètres carrés qui ne payait de mine, une fissure dans le talus entre les Brises du Fleuve et la piste des berges. Aujourd’hui, son pré abrite une centaine d’espèces végétales. Au printemps 2023, le texte sur le panneau d’interprétation installé sur place sera renouvelé par l’Arrondissement pour reconnaître sa contribution exceptionnelle. Ghislaine Leclerc, complice de Thérèse Romer, est aussi instigatrice d’un jardin collectif et de compostage domestique dans son voisinage.

L’Arrondissement en profite pour remercier toutes les personnes qui s’impliquent au quotidien pour la protection de la biodiversité.

Recherche rapide