Parcours C3 : un accompagnement adapté aux secteurs créatifs et culturels

Mis à jour le 13 septembre 2021
Temps de lecture : 3 min

Les organisations des secteurs créatifs et culturels font face à des défis de croissance particuliers. Le Parcours C3, conçu pour les soutenir dans leur cheminement, propose un accompagnement d’un an qui leur permet de mettre en place des solutions personnalisées.

À la différence des autres parcours entrepreneuriaux offerts aux entreprises issues de tous les secteurs d’activités, le Parcours C3 — pour Créativité, Culture, Croissance — cible les entreprises et OBNL des secteurs créatifs et culturels. Cofondé en 2017 par le Pôle entrepreneuriat culturel et créatif et l’École des entrepreneurs du Québec, le parcours vise à répondre aux besoins bien spécifiques de ces deux secteurs. Des organisations spécialisées en mode, en arts visuels, en édition ou en jeux vidéos, par exemple, peuvent profiter de l’accompagnement.

« Ce sont des secteurs d’activités particuliers avec des enjeux différents », explique Géraldine Dallaire, codirectrice du Parcours C3. « Ils fonctionnent souvent en silo, note-t-elle. Le Parcours C3 apporte une diversité, qui favorise des échanges très riches. Juste de regrouper des entreprises et des OBNL, c’est quelque chose de quasi révolutionnaire. »

Prendre le temps de bien faire les choses

Pendant 1 an, les 15 entreprises ou organismes sélectionnés bénéficient entre autres de plus de 60 heures de formation en groupe, de 15 heures d’accompagnement individuel, de 3 séances de codéveloppement pour échanger des solutions pratiques et d’une participation à  plusieurs événements de réseautage et de partage d’expériences. Ils reçoivent également un diagnostic de leur organisation et des compétences de leurs gestionnaires. Une participation au programme 360 degrés d’Atman, qui inclut un test psychométrique et son interprétation, est aussi offerte.

« Le fait d’être en cohorte favorise l’apprentissage par les pairs, estime Géraldine Dallaire. Et, parce que le parcours s’inscrit dans le temps, ça nous permet de suivre les participants et de passer de la formation à la mise en application. On voit l’évolution chez les participants. »

Pour les organisations sélectionnées, les activités du parcours représentent un investissement de temps qui leur permet de consolider leurs acquis, de réfléchir à leur avenir et de mettre en place de nouvelles stratégies. « Nous essayons d’adapter le format de nos activités aux réalités des entrepreneurs que nous accompagnons », précise Géraldine Dallaire. Ainsi, les journées de formation ne durent jamais plus de 5 heures et ont lieu l’après-midi. Cela permet aux participants de travailler en avant-midi. Cet investissement en temps s’avère très positif. « Nous avons constaté que les membres de nos différentes cohortes ont en général mieux passé au travers de la pandémie », souligne Géraldine Dallaire.

Un changement d’approche pour Le Cartel

Pierre Sauvage est cofondateur et directeur de l’entreprise textile Le Cartel. Il a participé au Parcours C3 en 2018, alors que son entreprise venait de fêter son troisième anniversaire. « Nous avions exploré beaucoup d’avenues avec notre plan d’affaires, des boutiques, les ventes en ligne et l’événementiel. Nos sources de revenus étaient très variées avec une petite équipe pour gérer tout ça. Nous avions des défis de croissance », raconte-t-il.

Rapidement, sa participation au Parcours C3 lui a permis de questionner son approche. « Le suivi avec un coach personnalisé nous a confrontés à notre vision pour l’entreprise, à nos objectifs et à nos buts. Nous nous sommes rendu compte que faire trop de choses différentes était peut-être nuisible pour nous. »

En suivant les multiples formations du parcours, l’entrepreneur a pu prendre le temps de consolider cette réflexion et d’orienter différemment ses activités, ce qui lui a permis d’atteindre ses objectifs. Les formations ont également été une opportunité pour lui d’approfondir ses compétences et de gagner en assurance. « Les témoignages de personnes qui ont surmonté des problématiques similaires aux nôtres nous ont beaucoup aidés, constate Pierre Sauvage. J’en ai aussi profité pour développer mon réseau. J’ai rencontré plein de gens du secteur avec qui j’ai gardé contact. J’ai aussi obtenu certains contrats grâce à ça. »

Vous souhaitez faire partie de la prochaine cohorte du Parcours C3? Visitez le parcoursc3.com.

Recherche rapide