Découvrez
Anjou

Stratégiquement situé au croisement des autoroutes 40 et 25, Anjou est un arrondissement de l’est de Montréal de près de 45 000 personnes.

Son positionnement géographique, son offre commerciale abondante, jumelés à son important parc industriel contribuent à sa grande vitalité économique.

Avec ses nombreuses installations sportives et ses activités variées, Anjou offre un milieu de vie idéal et attrayant.

Le revenu médian des ménages est de 53 873 $ et plus de 44 % des résidents sont propriétaires.

Bien qu’Anjou soit l’arrondissement possédant la population la plus âgée, 40 % de ses citoyens sont âgés de 35 à 64 ans. Plus d’un résident sur deux est issu directement ou indirectement de l’immigration.
Ses parcs et espaces verts, ses installations sportives et communautaires, ses activités culturelles et sa grande variété de commerces font d’Anjou un milieu de vie sécuritaire, paisible et attractif, qui offre des services de qualité à ses citoyens. 
Armoiries

De France ancien, à la bande d’argent chargée de trois feuilles d’érable mises à plomb, à la bordure de gueules : l’écu accosté de deux branches de laurier de sinople croisées en pointe.» Les armoiries d’Anjou sont une harmonieuse composition des armes déjà existantes de l’ancienne province française du même nom et de l’emblème canadien, la feuille d’érable. La Ville est fière d’avoir ajouté aux armes angevines et françaises, ces dernières perpétuant le souvenir de la France entière, cette feuille si chère à tous les Canadiens. Ainsi placée à côté de l’emblème français, elle ne cessera de rappeler l’étroite amitié qui a toujours uni nos deux pays. Quant à notre devise latine, elle signifie «je ne dévie jamais».

Résumé historique

En 1886, la paroisse de Saint-Léonard-de-Port-Maurice était détachée des paroisses de Saint-François-d’Assise-de-la-Longue-Pointe et du Sault-au-Récollet. Le 5 mars 1915, par le chapitre 105 des Lois 5 George V, la paroisse de Saint-Léonard-de-Port-Maurice devient la ville Saint-Léonard-de-Port-Maurice (soit l’actuel arrondissement de Saint-Léonard). Le 16 mars 1916, par le chapitre 70 des Lois 6 George V, un territoire composé des lots 410 à 505 inclusivement du cadastre de la paroisse de la Longue-Pointe, était détaché de la ville de Saint-Léonard-de-Port-Maurice pour former, de nouveau, une municipalité de la paroisse de Saint-Léonard-de-Port-Maurice.

Le 23 février 1956, par le chapitre 114 des Lois 4-5 Élizabeth II, tout le territoire de la paroisse de Saint-Léonard-de-Port-Maurice, soit les lots 410 à 505 inclusivement du cadastre officiel de la paroisse de la Longue-Pointe, était érigé en une municipalité de ville sous le nom de Ville d’Anjou. La vocation de la paroisse de Saint-Léonard-de-Port-Maurice est essentiellement agricole jusqu’au début des années 1950. Les champs s’étendent à perte de vue et la culture maraîchère y est florissante. Quelque 800 âmes vivent une vie paisible et laborieuse. Puis, la paroisse se transforme progressivement en agglomération urbaine. Un premier plan d’urbanisme est dessiné. Le réseau d’aqueduc et d’égout, un service de police et un service de transport en commun voient le jour.

À la fin des années 1950, la population d’Anjou atteint 9500 habitants. Le maire fondateur d’Anjou, M. Ernest Crépeault, est élu le 11 février 1956. Pendant les années où il exerce le pouvoir, la ville connaît une croissance rapide. Les services municipaux se multiplient de façon à pourvoir aux besoins grandissants des citoyens et des citoyennes. À cette époque, la construction de l’échangeur Anjou où se croisent les autoroutes 40 et 25, l’implantation du parc industriel qui se veut l’un des plus importants de la Communauté urbaine de Montréal et l’établissement du centre commercial Les Galeries d’Anjou signent le rayonnement régional de la ville d’Anjou.

En 1969, la population se chiffre à 34 985 habitants. Le maire Jean Corbeil préside à la destinée de la ville d’Anjou de novembre 1973 à novembre 1988. Les années 1970 sont marquées par la réalisation de grands travaux tels la construction de l’aréna, de l’édifice des travaux publics et de l’édifice où loge la caserne de pompiers. Des parcs sont aménagés. L’Office municipal d’habitation est créé. Du mois de mars 1989 jusqu’au mois de juillet 1997, la municipalité est dirigée par le maire Richard Quirion.

M. Luis Miranda lui succède alors pour devenir le quatrième et dernier maire de la ville d’Anjou. On lui doit notamment le développement du tout nouveau parc d’affaires et l’aménagement du Club de golf Métropolitain Anjou qui offre le parcours le plus long du Québec dans la catégorie des golfs publics. En vertu de la Loi 170, adoptée en 2000, la ville d’Anjou a été transformée en l’un des 27 grands territoires nommés arrondissements dont se composait la Ville de Montréal jusqu’au 31 décembre 2005. Suite au départ des 15 villes de banlieue reconstituées, il n’y eut plus que 19 arrondissements par la suite. M. Luis Miranda s’est porté candidat à l’élection du premier conseil de la ville de Montréal qui a eu lieu le 4 novembre 2001. Élu conseiller de la ville, M. Miranda siège à la table du conseil de la Ville de Montréal. Il est le premier à agir à titre de maire de l’arrondissement d’Anjou. Il a été réélu maire de l’arrondissement d’Anjou à toutes les élections municipales depuis.

Emblème floral
L’hydrangea paniculata limelight remporte le concours
Nous tenons à remercier les citoyens de leur enthousiasme à participer au concours visant à choisir l’emblème floral d’Anjou. C’est avec plaisir que nous vous annonçons que c’est l’hydrangea paniculata limelight qui a été sélectionné. Ce beau végétal prendra petit à petit place dans les aménagements paysagers, sur les terrains des bâtiments publics ainsi que dans les parcs de l’arrondissement.
Mentionnons que, parmi tous les participants au concours, Mme Danielle Therrien a gagné par tirage au sort un hydrangea qu’elle pourra planter sur son terrain. L’arrondissement profite de cette occasion pour la féliciter et pour encourager la population à planter cet emblème floral dans ses aménagements floraux.
Hydrangea paniculata limelight (hortensia)
L’hydrangée paniculée limelight est un petit arbuste qui a comme attribut de jolis pompons fleuris proposant une longue période de floraison. Ses fleurs sont vert lime en début de saison pour ensuite devenir blanches et roses. Par ailleurs, il est intéressant de savoir que la région angevine, en France, est le plus important territoire européen de production d’hortensias.

Famille de la plante : hydrangeacea Hauteur : 180 à 250 cm Largeur : 90 cm Période de floraison : juillet jusqu’à l’automne Date de plantation : printemps et automne

Quartiers

Galeries d'Anjou.

Quartier des Galeries d’Anjou

Le point central de ce quartier commercial par excellence à Montréal est le boulevard des Galeries-d’Anjou et son mail, regroupant plus de 175 boutiques, restaurants et services. Des dizaines d’autres commerces, dont plusieurs à grandes surfaces, ainsi que le marché public Les Halles d’Anjou, sont établis dans les environs. De tout, pour tous!
Quartier d'Anjou-sur-le-lac.

Quartier Anjou-sur-le-lac

Ce quartier résidentiel est situé au nord de la rue Bombardier, des deux côtés du boulevard des Galeries-d’Anjou, en bordure d’un lac artificiel. Il offre un milieu de vie paisible qui se distingue par sa mixité résidentielle, ses passerelles, ses promenades et ses espaces verts.
Quartier Haut-Anjou.

Quartier Haut-Anjou

Le Haut-Anjou concentre son activité autour de la rue Jarry Est, à l’ouest du boulevard Métropolitain. Ce quartier offre un mélange de commerces et de services, une bibliothèque, des rues résidentielles ainsi que le parc Lucie-Bruneau, le plus grand et complet des parcs d’Anjou.
Quartier Chaumont.

Quartier Chaumont

La vie de ce quartier s’articule autour de l’artère commerciale avenue de Chaumont, offrant une variété de commerces et de services locaux. Premier secteur habité d’Anjou, il est l’origine de l’urbanisation de l’arrondissement.
Quartier industriel d'Anjou.

Quartier industriel

Situé dans la partie nord-est, il représente 40 % de la superficie de l’arrondissement. Cet important parc d’affaires de Montréal compte plus de 600 entreprises.

Chiffres clés

  • 13,7 km²
    superficie
  • 44 800
    population
  • 3 270
    habitants au km²
  • 426 100 $
    valeur médiane d’une propriété
  • 243 800 $
    Valeur médiane d’une propriété de type appartement-condo
  • 53 873 $
    revenu annuel médian des ménages
  • 44 ans
    moyenne d’âge des résidents