5 questions à François Arsenault, menuisier à Ville-Marie

Mis à jour le 9 août 2022
Temps de lecture : 2 min

Sur le terrain ou dans son atelier, François est celui qu’on appelle quand on veut de beaux bacs à fleurs, ou encore, une patinoire! Chef d’équipe menuisier, il travaille le bois comme nul autre, une vraie passion. Vous pouvez admirer le fruit de son travail dans plusieurs parcs de l’arrondissement.

1. En quoi consiste ton métier?

Les menuisiers de l’Arrondissement, en collaboration avec plusieurs autres équipes, s’occupent de la confection du mobilier urbain. Ça peut être les bancs, les clôtures, le verdissement des ruelles. De mon côté, je m’occupe de tout ce qui se trouve dans les parcs. Autant la fabrication que la maintenance et la réparation du mobilier, à l’intérieur de notre atelier tout comme sur le terrain. 

2. Quel est ton parcours?

J’ai beaucoup travaillé avec mon père, entrepreneur, qui m’a transmis sa passion. J’ai fait un DEC comme technicien en architecture, mais je ne suis pas resté là-dedans longtemps : je préférais quelque chose de plus manuel. J’ai donc commencé la menuiserie dans le domaine de la construction, au privé d’abord. Puis, je suis arrivé à l’arrondissement en 2003, et depuis, j’y suis resté. Ici, il y a de l’action, on bouge, on sort, on a un bel atelier. On a tout ce dont on a besoin!

3. Les travaux manuels sont une passion chez toi?

Oui! Quand j’ai commencé à la Ville, je me gardais toujours des petits travaux secondaires en rénovations, car j’adore faire ça pour le plaisir. Mon DEC en architecture m’a beaucoup servi aussi, car c’est dans la même veine. D’ailleurs, j’ai fait moi-même les plans de deux maisons, que j’ai également bâties.

4. Qu’est-ce qui te rend le plus fier dans ton emploi?

J’aime tous les gros projets à plus long terme qui représentent des défis. Par exemple, quand on doit concevoir un parc en entier, le projet peut durer quelques semaines. On réalise tout de A à Z : on monte les grosses structures, les balançoires, on fabrique le coffrage pour les fleurs, etc. C’est très stimulant, et parfois, les gens viennent nous féliciter sur place. Quand je croise des citoyennes et citoyens, en général, mes rencontres sont très positives.

5. Pourquoi les gens devraient-ils connaître l’existence de ton métier?

Parce qu’avec notre métier, à la Ville, on offre tout un service! On est là pour eux, non seulement pour leur donner le meilleur service, mais aussi pour leur construire les plus beaux parcs et ajouter de la verdure dans leurs ruelles ! Ça nous fait plaisir d’aller aider quand il y a quoi que ce soit et de garantir un travail bien fait!