Contrôle des nuisances causées par les bernaches à Ahuntsic-Cartierville

Mis à jour le 2 avril 2024
Temps de lecture : 2 min

Avez-vous remarqué que les bernaches sont de plus en plus présentes sur le territoire? Renseignez-vous sur cet oiseau migrateur et découvrez les moyens mis en place par l’arrondissement pour contrôler les nuisances.

La bernache du Canada est une espèce de plus en plus présente en milieu urbain. Chaque année, des rassemblements importants de bernachessont observés dans les parcs de l’arrondissement, notamment ceux situés en rive de la rivière des Prairies comme les parcs Belmont, de Beauséjour, des Bateliers, de la Merci, Maurice-Richard, Nicolas-Viel et Raimbault. Les bernaches fréquentent également des terrains sportifs comme ceux des parcs Ahuntsic, de Louisbourg, Saint-Paul-de-la-Croix et Sainte-Odile. 

Nuisances occasionnées

De plus en plus nombreuses, les bernaches produisent chacune près d’un kilo d’excréments par jour, ce qui occasionne d’importants problèmes de salubrité et des risques pour la santé (par exemple, la salmonellose). Leur présence en grand nombre est également une source de nuisance pour la pratique d’activités sportives et récréatives, sans compter les nombreux dommages causés à l’environnement.

Programme de contrôle des nuisances

L’arrondissement a octroyé un contrat à Artémis Faunepour l’élaboration d’un plan de contrôle des nuisances causées par les bernaches. Le mandat de la firme consiste à effectuer une étude de population ainsi qu’à contrôler les populations de bernaches sur le territoire en utilisant une méthode de détection des nids et des méthodes actives de dispersion des oiseaux comme l’effarouchement à l’aide de chiens entraînés et d’appareils téléguidés.

En 2021 : 

  • Un projet pilote a été mis en place sur les sites ciblés (étude de population, moyens d’effarouchement, etc.)

En 2022 : 

  • Un programme d’intervention a été déployé (moyens d’effarouchement dans les parcs prioritaires, filet anti-bernaches au parc de la Merci, gestion différenciée des espaces verts, etc.)

  • Un rapport a dressé le bilan des activités d’effarouchement et proposé des solutions pour bonifier les actions dans les années futures, en vue de contrôler la présence des bernaches et de limiter les nuisances qu’elles occasionnent

En 2023 et 2024 :

  • Les efforts se poursuivent (optimisation des opérations d’effarouchement, reconduite et amélioration des projets pilotes de filet anti-bernaches au parc de la Merci et de gestion différenciée au parc Maurice-Richard, etc.)

  • Une démarche collaborative ayant pour but de trouver des partenaires régionaux pour développer une approche concertée est en cours

  • Des recommandations seront émises pour les prochaines années

Nourrissez votre curiosité, pas la faune

Saviez-vous qu’il est interdit de nourrir les bernaches? Notre nourriture ne convient pas aux oiseaux sauvages. La nature offre déjà tout ce dont ils ont besoin.

Nourrir les bernaches les rend plus nombreuses. Cette surpopulation cause, entre autres, des dommages aux pelouses et à la végétation, une abondance d’excréments (risques pour la santé) et des risques de collision sur les pistes cyclables.

De plus, en vertu du Règlement sur l’encadrement des animaux domestiques de la Ville de Montréal, il est interdit de nourrir tout oiseau ou animal sauvage, sous peine de se voir infliger une amende d’un montant minimal de 300 $. Merci de respecter la réglementation!

Des questions?

Pour plus de renseignements, communiquez avec le 311.