Découvrez les œuvres du programme Plein art du Sud-Ouest

Mis à jour le 19 novembre 2021
Temps de lecture : 2 min

Le programme Plein art propose un circuit d’œuvres d’art public installées de façon temporaire dans l’arrondissement du Sud-Ouest.

Ce projet, en renouvellement constant, contribue à la promotion et à l’accessibilité de l’art public, en plus d’apporter un soutien aux artistes montréalais. Cette initiative s’inscrit en continuité avec le Plan de développement culturel 2020-2022 de l’Arrondissement du Sud-Ouest.

Le programme Plein Art est en cohérence avec les politiques montréalaises adoptées depuis 2014 dans lesquelles la Ville de Montréal reconnaît l’importance de l’art public pour la qualité du milieu de vie et le rayonnement de la métropole.

Carte du circuit Plein art

LA CANOPÉE

Caissons de lait au-dessus de poteaux de métal

Œuvre de Philippe Allard, 2020

Parc Atwater-Saint-Charles

Considérée comme un écosystème à part entière, la canopée peut se révéler particulièrement riche en biodiversité et en productivité biologique. Philippe Allard traduit cette strate sylvestre par des caisses de lait, un de ses objets de prédilection, dont les parois parsemées de trous filtrent la lumière à la manière du feuillage en poursuivant les fluctuations de la lumière du jour pour se déployer au sol.

L’IMAGINAIRE DANS LES CHOSES QUE L’ON CÔTOIE

Souche d'un arbre avec un triangle et une boîte dessus

Œuvre de Guillaume La Brie, 2020

Square Sir-George-Étienne-Cartier

Installée sur le haut d’une souche d’arbre comme si elle venait prendre la place de ses repousses, l’œuvre forme une sorte de bouquet d’objets où l’imaginaire se confronte au réel. Il est question de représenter les choses que l’on retrouve de manière très anodine dans le parc, mais dans une esthétique qui fait ressortir leur potentiel onirique. L’arbuste apparaît donc sous une forme schématique comme s’il sortait d’un jeu vidéo et le panneau de signalisation n’indique plus de consigne et devient un nuage qui se découpe en contraste avec le ciel. Pour sa part, la caisse de transport non ouverte évoque le troisième élément sans le nommer, comme pour réitérer l’idée qu’il faut user de son imagination pour le définir.

POINT DE « SUSPENS »...

Des objets sont placés à différents niveaux sur des tiges de métal

Œuvre de Patrick Bérubé, 2020

Parc des Corroyeurs

Apparition soudaine. Différents objets naissent, s’élèvent du sol, surgissent d’une plate-forme de béton. Que cache-t-elle d’autre? Que représentent ces objets colorés? Suspens! Pourquoi ne pas interrompre, suspendre le temps quelques minutes? Prendre une pause et se raconter sa propre histoire en s’asseyant sur les bancs formés par des tuiles aériennes, en suspension…

LE GANT

Un grand gant blanc sur lequel on trouve des ronds surélevés

Oeuvre de Vicky Sabourin, 2021

Parc Gédéon-de-Catalogne

Le gant, symbole de la main cueilleuse d’éléments issus de la nature, est drapé et ornementé de balanes en céramiques. Ces cicatrices de calcaire provenant des crustacés parasitaires deviennent les stigmates métaphoriques de ces gestes répétés. Malgré sa conscience écologique, l’artiste ne cesse d’être confrontée à son désir persistant de collectionner le vivant.

SOLENNEL DÉSIR

Sculpture en métal brun qui ressemble à un arbre très mince

Oeuvre de Jean Brillant, 2018

Square Saint-Patrick

« De base, en colonne, dépouillée du chapiteau. Le désir naît de la forme enfin libre. » L’artiste Jean Brillant réalise des œuvres d’art public de très grand format localisées en milieu urbain. Les matériaux industriels issus de la pierre puis extraits et transformés par l’homme sont récupérés à la fin de leur vie utile par l’artiste, qui en fait une histoire, un poème, sur ce que la matière est devenue, sur ce qu’elle est, sur ce qu’elle adviendra.

Recherche rapide