Inspecteur en cadre bâti : un métier où l’on vérifie ce qui est permis

Mis à jour le 12 septembre 2022
Temps de lecture : 3 min

Pour être inspecteur du cadre bâti, il faut être rigoureux, calme et respectueux. Notre collègue Fred Degervil possède ces qualités qui lui permettent d’entretenir de bonnes relations avec les locataires et les propriétaires, en toutes circonstances.

Travaillant depuis un an chez nous, Fred est responsable de tous les dossiers de salubrité de l’arrondissement. Il veille au respect des règlements sur la salubrité, l’entretien et la sécurité des logements, l’entretien des bâtiments, la construction et la transformation de bâtiments. 

« J’aime mon métier car il me permet d’améliorer les conditions de vie des gens de façon concrète. Par exemple, si un propriétaire n’entretient pas bien son logement et que le locataire habite dans un appartement infesté de coquerelles, nous devons agir rapidement. Les situations les plus critiques sont celles où l’on trouve des infestations de toutes sortes, des situations dangereuses et de la moisissure. Aussi, si des travaux sont exécutés sans permis, je dois me rendre sur place la journée
même », précise Fred.

Une plainte peut être déposée contre un propriétaire, mais certaines étapes doivent être franchies au préalable. Le locataire doit envoyer une mise en demeure au propriétaire lui donnant 10 jours pour agir. Si rien n’est fait, il peut téléphoner au 311 et déposer une plainte. L’inspecteur communique avec la personne pour prendre un rendez-vous afin de visiter l’appartement. Selon les travaux à faire, Fred avise le propriétaire et lui donne un délai raisonnable pour procéder aux interventions requises. 

« Habituellement, les propriétaires sont assez collaboratifs quand je leur mentionne qu’ils doivent se conformer à la réglementation. Dans certains cas, si on constate qu’aucune action n’a été entreprise, l’Arrondissement peut intenter des poursuites judiciaires. Nous pouvons même réaliser les travaux à leur place pour rendre le logement conforme. Je leur mentionne que cette dernière option sera cependant beaucoup plus dispendieuse. C’est un excellent argument de persuasion », mentionne l’inspecteur en riant. Il ajoute que les suivis à faire après la réalisation des travaux constituent une partie importante de son travail.

L’un des cas les plus difficiles s’est avéré très formateur pour notre collègue. Il a rencontré un père de trois enfants qui fut parfois très agressif tout au long des démarches faites pour éliminer les moisissures dans son appartement. Quant au propriétaire, il n’était guère plus compréhensif à l’égard du locataire, ni de l’inspecteur.

Il explique : « Ce dossier a duré six mois et a été très énergivore. Souvent, j’étais au téléphone avec eux en train de négocier pour trouver un terrain d’entente. La police est même intervenue lorsque j’étais sur place! C’était un cas très lourd et habituellement, l’inspecteur n’intervient pas dans les négociations. Mais dans ce cas, nous voulions avancer ce dossier car la santé des occupants était en jeu. Un expert a procédé aux travaux de décontamination, mais une partie de la cuisine devait rester ouverte afin de savoir si une infiltration d’eau était à l’origine du problème. Le propriétaire a tardé à fermer les murs, et quelques semaines plus tard, et j’ai dû rester sur place pendant trois heures pour surveiller le bon déroulement des réparations. Le tout s’est bien terminé et j’ai grandement appris du point de vue humain lors du processus ».

L’exercice pour relaxer

Lors de ses inspections, Fred peut voir des logements insalubres ou des personnes souffrant  de syllogomanie. Comment arrive-t-il à se détendre malgré le fait qu’il fait face à ces situations quotidiennement? « J’arrive à décrocher car je gère bien mon stress. Quand je suis à mon travail, j’y suis à 100 %. Et quand j’ai terminé, c’est fini. Je peux aller faire une séance de jogging, question d’évacuer la pression. Né en Haïti, j’ai vu des gens vivre dans des conditions très critiques. Je ne m’attendais pas à voir des cas aussi difficiles dans des habitations de Montréal. »