MontréaLisons : les œuvres coup de cœur de Meeker Guerrier

Mis à jour le 7 décembre 2022
Temps de lecture : 2 min

Meeker Guerrier est animateur à la radio et à la télévision. Il nous propose 4 suggestions de lecture et de films qui encouragent le dialogue sur l’inclusion et la lutte contre le racisme et la discrimination.

Ses 4 oeuvres incontournables

12 Years a Slave, de Steve McQueen

12 Years a Slave, de Steve McQueen

Twentieth Century Fox, 2013

Je recommande ce film parce qu’on en sort fâché si on est un afro-descendant. C’est un film dur, qui réveille des frustrations et qui peut aider à expliquer le racisme systémique aux États-Unis. On comprend à quel point cela fait partie de l’histoire des États-Unis… et du Canada. C’est une chose de savoir que l’esclavage a existé, cela en est une autre de le voir érigé en système dans une illustration aussi réaliste et choquante.

Réserver

Up from Slavery: An autobiography, de Booker T. Washington

Up from Slavery: An autobiography, de Booker T. Washington

Duke Classics Publisher, 2012

Ce livre est l’autobiographie de Booker T. Washington, un personnage important de l’histoire américaine. Il s’agit de son parcours de l’esclavage, aboli quand il avait 8 ans, jusqu’à son rôle d’éducateur. Ce livre est une ode au travail et à l’émancipation par les études et l’implication politique et communautaire.

Réserver

Jackie Robinson, un été à Montréal, de Marcel Dugas

Jackie Robinson, un été à Montréal, de Marcel Dugas

Éditions Hurtubise, 2019

Je recommande ce livre parce que c’est un ouvrage québécois qui parle de sport et d’un personnage important de l’histoire sportive nord-américaine. Toute personne qui aime le baseball connaît Jackie Robinson. Son passage à Montréal a été déterminant pour son parcours professionnel. Si certaines personnes vantent l’ouverture des Montréalaises et des Montréalais de l’époque, ce livre démystifie en partie l’idée que la ville n’avait que peu ou pas de problème de discrimination envers les personnes noires. C’est un sujet qui peut être tabou mais qui n’en est pas moins une réalité.

Réserver

Dear White People, de Justin Simien

Dear White People, de Justin Simien

Entertainment One, 2015

Le film est extraordinaire dans sa manière de traiter les tensions raciales dans les universités américaines. L’humour, l’ironie, mais aussi la sévère critique sociale sont très présents et prennent vie grâce au personnage principal, une jeune universitaire tout aussi rebelle que remplie de doute. Le livre quant à lui, du même auteur que le film, utilise également l’humour pour sensibiliser aux enjeux quotidiens liés au racisme.

Réserver

Recherche rapide