La sécurité des femmes au cœur de priorités de VSP

Mis à jour le 18 février 2024
Temps de lecture : 2 min

L’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension (VSP) a confié un mandat au Centre international pour la prévention de la criminalité (CIPC) afin d’élaborer un Diagnostic local de sécurité chez les filles, les femmes et les aînées à VSP, une première pour un arrondissement montréalais.

Dans les précédents exercices de réflexions menés par VSP dont sa Stratégie jeunesse en prévention de la criminalité, les informations relatives à la sécurité des femmes, des filles et des aînées de l’arrondissement étaient beaucoup moins nombreuses. Plusieurs angles morts étaient présents. L’Arrondissement a donc demandé au CIPC afin de dresser un portrait quantitatif et qualitatif de l’ampleur et la nature de l’insécurité ainsi que de la sûreté chez les adolescentes (12-17 ans), les jeunes femmes (18-25 ans), les femmes adultes (26-64 ans) et les aînées (65 ans et plus) de l’arrondissement.

Les analyses ont permis à près de 100 citoyennes de tous âges et des trois quartiers de VSP de s’exprimer ainsi qu’à 22 partenaires de partager leurs expériences, enrichissant ainsi le Diagnostic. Elles ont aussi permis de soulever des enjeux importants vécus par les filles, les femmes et les aînées de l’arrondissement comme la cyberviolence, la cyberintimidation, le harcèlement de rue et les microagressions, le sentiment d’insécurité dans les transports en commun de même que la violence familiale ou commise par l’entourage.

De plus, les analyses ont permis de formuler 11 recommandations afin d’intervenir directement sur les enjeux soulevés, par exemple en favorisant la mobilisation communautaire pour mieux intervenir en matière de prévention des violences, en soutenant les parents et en incluant les hommes dans le renforcement de la sécurité des filles, femmes et aînées. L’Arrondissement déposera dans les prochains mois un plan détaillé en lien avec chaque recommandation.

Survol des recommandations

  1. Maintenir et améliorer les outils de transmission de l’approche ADS+ au sein de l’arrondissement et auprès des partenaires, dans une logique transversale et interculturelle.
  2. La mobilité et appropriation des espaces publics.
  3. Favoriser la mobilisation communautaire pour mieux intervenir en matière de prévention des violences.
  4. Favoriser les approches globales en matière de prévention des violences.
  5. Renforcer les liens de confiance entre les citoyennes et les institutions publiques appropriées afin d’augmenter le sentiment de sécurité et développer des actions pour augmenter le sentiment de sécurité.
  6. Favoriser les lieux de socialisation positifs formels et informels afin de renforcer l’esprit communautaire et l’engagement social des bénéficiaires.
  7. Renforcer les projets et les programmes de soutien à la parentalité, en améliorant les capacités et les compétences parentales, notamment (mais ne se limitant pas à) celles des immigrants de première génération.
  8. Maintenir des services individualisés auprès des filles, des femmes et des aînées vivant des vulnérabilités en ajoutant, dans le cas des femmes aînées qui nécessitent un service particulier, des personnes proches aidantes.
  9. Intervenir pour prévenir les violences dans les relations amoureuses.
  10. Prévenir les cyberviolences.
  11. Inclure les hommes dans les processus de renforcement de la sûreté des femmes par le biais de formations, de campagnes de sensibilisation ou d’actions concrètes.