Réussir son compost de jardin

Le compostage est un moyen simple, économique et efficace de réduire la taille de son sac à ordures. Vous souhaitez pratiquer le compostage à la maison? Voici tout ce que vous devez savoir.

Le compost est le résultat de la transformation des matières organiques végétales. Cet engrais naturel permet d’améliorer la fertilité du sol et de diminuer les émissions de CO2 dans l’air. 

Vous pouvez pratiquer le compostage dans votre jardin, dans votre cour, sur votre balcon ou dans un jardin communautaire, tant que le composteur n’est pas visible de la rue.

Ce qu’il vous faut

  • Un espace d’environ 1 m2 qui soit facilement accessible, légèrement ombragé, à l’abri du vent et situé sur un sol plat pour éviter l’accumulation d’eau;
  • Un composteur domestique vendu en magasin ou maison (certains arrondissements proposent des composteurs à prix réduit).

Pour un compostage réussi, veillez à n’utiliser que des matières organiques d’origine végétale. Les matières coupées en petits morceaux sont plus faciles à composter.

Les matières à privilégier

Dans la cuisine

  • Fruits et légumes (et leur pelure)
  • Sachets de thé
  • Filtres à café en papier
  • Marc de café (grains moulus)
  • Coquilles d’œufs

Dans le jardin

  • Feuilles mortes (en petite quantité)
  • Débris de jardin
  • Paille et foin
  • Fleurs fanées
  • Plantes mortes
  • Copeaux
  • Herbes coupées (séchées de préférence) 

Ailleurs dans la maison

  • Papier journal (en lamelles)
  • Essuie-tout
  • Bran de scie
  • Plantes d’intérieur (et leur terre)

Les matières à éviter absolument

Elles risquent d’attirer les animaux, d’avoir du mal à se décomposer, d’être toxiques ou de transmettre des maladies à vos plantes.

Dans la cuisine

  • Viande et poisson (ainsi que leurs os et arêtes)
  • Produits laitiers
  • Huiles et graisses
  • Noyaux d’avocats, de pêches et autres
  • Feuilles de rhubarbe
  • Coquilles d’huîtres ou d’autres mollusques

Dans le jardin

  • Mauvaises herbes montées en graine
  • Plantes ou feuilles malades

Ailleurs dans la maison

  • Litière de chat
  • Matières traitées avec des pesticides, des herbicides ou tout autre produit chimique

5 règles de base pour faciliter le compostage

1. Mélanger les catégories de matières

Faites alterner, en fines couches, les matières sèches (dites « brunes ») et humides (dites « vertes »). De cette manière, vous obtiendrez un rapport carbone/azote équilibré, une humidité adéquate et une porosité optimale pour l’aération. 

2. Brasser pour aérer

Pour oxygéner les micro-organismes responsables du compostage, brassez régulièrement les matières organiques, surtout au début du processus. Vous vous assurerez ainsi que la décomposition est uniforme et empêcherez que certaines zones s’assèchent ou se gorgent d’eau.

3. Vérifier le taux d’humidité

Arrosez le compost quand il est trop sec et ajoutez de la terre s’il est trop humide. Un taux d’humidité trop faible asséchera les matières organiques (particulièrement en début de processus), ce qui tuera les micro-organismes et arrêtera le processus de compostage. Un taux d’humidité trop élevé créera une asphyxie et entraînera les mauvaises odeurs.

4. Surveiller la décomposition et être à l’affût des odeurs

Portez une attention particulière à votre compost pour y déceler une mauvaise décomposition des matières ou la présence d’odeurs. Plus vous repérerez les problèmes tôt, plus vos interventions seront faciles et efficaces.

5. Constituer une réserve de matières « brunes »

Conservez à proximité de votre composteur une réserve de matières « brunes » telles que des feuilles mortes et des copeaux de bois. Ces matières serviront à structurer votre compost et à favoriser la circulation d’air entre les catégories de matières.

Recherche rapide