Vers des aménagements plus verts à RDP-PAT

Mis à jour le 30 avril 2021
Temps de lecture : 3 min

Des matériaux écoénergétiques sur les bâtiments, des toitures solaires, des surfaces végétalisées dans les aires de stationnement, des bornes de recharge électrique intégrées aux projets de construction : l’arrondissement de RDP-PAT fait un virage vert dans l’encadrement des aménagements urbains.

Dans un contexte de lutte contre les changements climatiques, les efforts sont tournés vers des actions durables pour réduire l’impact des aménagements urbains sur l’environnement.

Dans cette optique, RDP-PAT a passé en revue ses règles d’urbanisme afin de mettre de l’avant un encadrement plus écologique des projets de construction et d’aménagement sur son territoire. 

Ces nouvelles mesures règlementaires s’inscrivent en cohérence avec les orientations contenues dans son Plan d’action en développement durable et sa Politique d’agriculture urbaine.

Matériaux écoénergétiques

RDP-PAT préconise l’emploi de matériaux écoénergétiques pour le revêtement et les fenêtres sur un bâtiment, et exige l’emploi de fenêtres à double vitrage munies d’un isolant thermique. Il est question de PVC, aluminium, matériau hybride PVC/aluminium, ou bois munis de double vitrage et d’un gaz isolant entre les vitres.

Ces matériaux contribuent à réduire les changements ou les pertes de température entre l’intérieur et l’extérieur et permettent, par conséquent, de réduire la consommation d’énergie (chauffage ou climatisation).

Aussi, il est nouvellement exigé d’augmenter le pourcentage minimal de ces ouvertures, puisque cette mesure favorise l’apport lumineux et permet également de réduire la facture d’électricité des occupants.

Toits solaires et végétalisés

RDP-PAT a prévu des mesures pour les nouvelles constructions pour qu’elles s’adaptent aux nouvelles technologies développées en matière d’économie d’énergie et d’utilisation d’énergie naturelle.

C’est le cas des toitures solaires qui utilisent l’énergie du soleil pour produire de l’électricité.  Les matériaux de revêtement de toitures utilisés sont semblables aux matériaux traditionnels (bardeaux, tuiles, etc.),  mais conçus avec des capteurs solaires intégrés, qui se fondent discrètement à l’enveloppe des bâtiments.

L’arrondissement autorise l’aménagement de toits verts depuis quelques années déjà, les récents  changements réglementaires liés à notre plan d’action en agriculture urbaine sont venus renforcer l’intérêt envers de telles initiatives.

Pare-soleils architecturaux

L’utilisation de pare-soleils comme élément de saillies est dorénavant autorisée sur les constructions, puisqu’ils créent de l’ombre dans les espaces intérieurs des bâtiments en été. Ils permettent de réduire l’apport d’énergie nécessaire au fonctionnement des appareils de climatisation.

Des matériaux durables comme l’aluminium ou le bois sont autorisés, alors que les matériaux issus de la transformation du pétrole (polymères tel que le PVC ou le plastique) sont interdits.

Bornes de recharge électrique

​​​​​​​L’utilisation de l’énergie électrique propre, surtout au Québec, est une alternative essentielle aux énergies fossiles lesquelles contribuent actuellement au dérèglement climatique.

Avec l’annonce du gouvernement du Québec, en novembre 2020, d’interdire la vente des véhicules à essence dès 2035, RDP-PAT prend les devants en adoptant une mesure facilitera l’implantation de bornes (les réseaux étant ainsi existants par le précâblage), anticipant ainsi l’arrivée massive de véhicules électriques.

RDP-PAT a fièrement formulé son engagement envers les principes d’une économie verte : il est le premier arrondissement à adopter des mesures visant l’instauration de bornes de recharges électriques dans les projets de construction ou de transformation et le pré-câblage ou l’électrification d’unités de stationnement. Ainsi, toutes les nouvelles aires de stationnement en cour avant d’un bâtiment devront pouvoir accueillir des bornes de recharge électrique.​​​​​​​

Stationnements végétalisés

RDP-PAT est déjà une référence dans l’aménagement de stationnements écologiques. Pour mener plus loin ses efforts, qui visent la réduction des îlots de chaleur, l’arrondissement a mis en place des mesures pour verdir les espaces gris tout en permettant l’absorption des eaux pluviales directement dans le sol. 

L’augmentation des surfaces végétalisées dans les aires de stationnement est exigée, selon différentes dispositions  : 

  • Aménager un îlot de verdure, incluant au moins un arbre, entre deux voies d’accès d’un débarcadère;
  • Végétaliser le revêtement au sol comme surface de voie d’accès et d’une aire de stationnement desservant une habitation de 1 à 3 logements, ainsi que les cases d’un terrain à usages commerciaux;
  • Végétaliser au moins 50 % de la superficie d’une aire de stationnement située dans un parc, espace vert ou zone de conservation;
  • Végétaliser 25 %  ou plus de la superficie d’une aire de stationnement de 3 cases ou plus;
  • Végétaliser au moins 20 % de la superficie d’une cour avant d’une habitation de 1 à 3 logements.

La plantation d’espèces végétales indigènes (locales) adaptées aux aires de stationnement et à l’hiver, permettent ainsi de dépolluer sur le site un certain nombre de polluants résiduels des voitures.