Plan directeur de biodiversité de Rosemont–La Petite-Patrie

Mis à jour le 30 août 2022
Temps de lecture : 2 min

Afin d’accélérer sa transition écologique, de protéger et de favoriser la biodiversité de son territoire, l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie se dote d’un Plan directeur de biodiversité.

Ce plan d’aménagement vise à conserver et à réintroduire la biodiversité dans le contexte urbain dense et fortement minéralisé de Rosemont–La Petite-Patrie. Il établit des stratégies d’intervention sur le domaine public qui guideront les futurs projets d’aménagement du territoire, tout en engageant activement la communauté.

Vision

En 2040, la population de Rosemont–La Petite-Patrie jouit d’un contact quotidien avec la nature et sa biodiversité, ce qui contribue à sa santé et son bien-être.

La faune et la flore se sont déployées grâce à l’introduction de nouveaux habitats hydriques et terrestres mis en réseau dans ses parcs, ses ruelles, ses rues ainsi que sur les propriétés publiques et privées.

Noyaux et corridors de biodiversité

Le Plan directeur de biodiversité de Rosemont–La Petite-Patrie identifie sept noyaux de biodiversité existants et potentiels sur le territoire de l’arrondissement :

Noyau principal

1. Noyau des parcs Maisonneuve et du Bois-des-Pères, du Jardin botanique, du Village et Parc olympique, de la Cité-Jardin du Tricentenaire et du Golf municipal

Noyaux secondaires

2. Noyau du parc du Pélican et son réseau de ruelles vertes
3. Noyau des parcs Sainte-Bernadette, Étienne-Desmarteau et Idola-Saint-Jean
4. Noyau du parc du Père-Marquette et son réseau de ruelles vertes

Noyaux potentiels

5. Noyau Marconi-Alexandra-Bellechasse
6. Noyau Angus
7. Noyau des anciens ruisseaux

Le choix des corridors a été déterminé afin de relier plusieurs espaces verts significatifs. Chaque tracé proposé est ainsi situé à proximité d’au moins trois parcs importants de l’arrondissement.

Cinq lignes directrices

  1. Connaître, soutenir et conserver la biodiversité existante
  2. Bonifier les habitats existants et en créer de nouveaux
  3. Constituer des milieux humides ou hydriques et renforcer la gestion écologique des eaux pluviales
  4. Connecter les habitats à toutes les échelles
  5. Impliquer tous les acteurs du territoire

Des interventions novatrices pour valoriser la biodiversité

À partir des cinq lignes directrices, le Plan directeur de biodiversité cible plusieurs actions qui contribueront à favoriser la nature en ville et améliorer la qualité de vie de la communauté. En voici quelques-unes :

  • Prioriser les interventions de verdissement au sein des noyaux de biodiversité existants
  • Inscrire les boisés d’intérêt comme milieu naturel protégé au Plan d’urbanisme
  • Augmenter les espaces végétalisés en favorisant la déminéralisation au sein des noyaux de biodiversité
  • Élaborer un plan de gestion écologique des milieux humides et hydriques en priorité dans le secteur des anciens ruisseaux
  • Développer nos connaissances et notre savoir-faire pour la création de milieux humides et hydriques ainsi que pour le déploiement de la gestion écologique des eaux de pluie
  • Aménager les corridors de biodiversité lors des projets de réfection routière et réduire la largeur de la voie de circulation aux abords des parcs situés au sein des noyaux de biodiversité
  • Aménager les connexions entre les habitats composant chacun des noyaux de biodiversité
  • Implanter des passages fauniques (ou écoducs) à des endroits stratégiques lors de travaux de réfection routière
  • Valoriser et aménager les pas japonais

Le Plan directeur de biodiversité de Rosemont–La Petite-Patrie s’inscrit dans la vision et les orientations de Montréal 2030 et du Plan climat 2020-2030 de la Ville de Montréal.