Mieux se déplacer pour moins polluer

Mis à jour le 10 décembre 2020
Temps de lecture : 3 min

Véhicules électriques, transports en commun, covoiturage, vélo et marche sont autant de façons de réduire l’empreinte environnementale de nos déplacements. Pour faire de Montréal une ville carboneutre d’ici 2050, nous devons changer nos habitudes de transport.

Pour une mobilité durable à Montréal

Le transport routier constitue à ce jour la plus importante source d’émissions de gaz à effet de serre (GES) à Montréal, soit environ 30 % de ses émissions totales.

La transition écologique est une occasion sans précédent de redonner l’espace public à la population. Elle offre la possibilité de doter Montréal de rues conviviales et sécuritaires, où tous auront leur place, qu’ils se déplacent à vélo, à pied, en transport collectif ou en voiture.

Ce que va faire la Ville de Montréal

La Ville s’engage dans son Plan climat 2020-2030 à faire encore plus pour améliorer les déplacements et réduire les émissions de GES liées aux transports sur son territoire. Elle va notamment :

  • Développer davantage le transport collectif et actif ainsi que favoriser l’autopartage, le taxi et le covoiturage dans tous les quartiers.
  • Électrifier 100 % des autobus de la STM d’ici 2040.
  • Mettre en place les outils pour faciliter l’aménagement de quartiers à échelle humaine et adaptés aux changements climatiques. Ceci contribuera à réduire de 50 % les émissions de GES provenant du transport routier.
  • Transformer en espaces verts ou en projets immobiliers de grandes aires de stationnement hors rue. 
  • Réserver 30 % des espaces de stationnement aux véhicules partagés, au covoiturage ou aux véhicules électriques.
  • Privilégier l’utilisation de véhicules électriques et augmenter la proportion de ceux-ci au centre-ville de Montréal.
  • Accroître le nombre de bornes de recharge et adopter une stratégie en électrification des transports routiers de personnes pour qu’au moins 30 % des déplacements soient électrifiés.
  • Élaborer une stratégie de réduction de l’empreinte carbone du transport routier de marchandises pour que 25 % des livraisons s’effectuent sans émission de GES
  • Décarboniser les déplacements professionnels des membres du personnel de la Ville.

Ce que les entreprises peuvent faire

Toutes les entreprises, petites, moyennes ou grandes peuvent agir de plusieurs manières pour réduire leur impact lié aux transports.

En tant qu’employeur, vous pouvez notamment :

  • Soutenir vos employés afin qu’ils adoptent des modes de transports plus durables, par exemple en contribuant financièrement à leurs abonnements de transport en commun avec Exo et la STM ou de transport actif avec BIXI
  • Faciliter le covoiturage grâce à des outils de jumelage ou des places de stationnement réservées.
  • Encourager vos employés à venir travailler en vélo en leur proposant des douches, des casiers et des stationnements sécuritaires dans leurs locaux.
  • Encourager le télétravail et la flexibilité des horaires. Une entreprise de 500 employés qui permet de faire du télétravail deux jours par semaine, évite la production de 161 tonnes de CO2 sur une année.
  • Optimiser les déplacements professionnels en encourageant des modes de transport qui émettent moins de GES.
  • Encourager les réunions virtuelles.

Si votre entreprise exploite une flotte de véhicules, vous pouvez :

  • Adopter des pratiques de conduite plus écologiques comme couper le moteur lorsqu’un véhicule de livraison est à l’arrêt.
  • Privilégier des véhicules moins énergivores ou même la livraison à deux roues, pour rendre vos livraisons plus efficaces et plus vertes.
  • Électrifier vos véhicules. La différence de coût associée à l’achat d’un véhicule compact électrique est en moyenne amortie en 4 ans grâce aux économies sur l’entretien et le carburant.

Ce que les citoyens peuvent faire

Chaque Montréalais génère en moyenne 5,5 tonnes de CO2 par an dont une grande partie provient de nos modes de transport. Nous avons tous le pouvoir de faire une différence dans la lutte contre les GES en modifiant nos habitudes de déplacement. Vous pouvez par exemple :

  • Opter pour les transports en commun, le vélo ou la marche. C’est un choix économique et gagnant pour le climat. Prendre le métro ou pédaler pour se rendre au travail allège vos émissions de GES. Cela vous permet également d’économiser jusqu’à 800 $ par an par rapport à la voiture. En plus, c’est meilleur pour votre santé! 
  • Choisir un véhicule électrique si vous devez vous déplacer en voiture. Même s’il est plus cher à l’achat qu’une auto à essence, un véhicule électrique vous fera économiser en carburant et en entretien. En plus, vous pouvez obtenir jusqu’à 13 000 $ en subventions fédérale et provinciale. Le climat vous remerciera pour ce choix : après 150 000 km parcourus au Québec, une voiture 100 % électrique aura rejeté 32 tonnes de CO2 de moins qu’une voiture à essence.  Autrement dit, un véhicule électrique utilisé au Québec émettra, pour 150 000 km parcourus, 65 % moins de GES qu’un véhicule à essence équivalent.

Recherche rapide